logo La revue auto

Essai Suzuki Swift hybride : elle ne veut pas consommer !

La Suzuki Swift a su garder, à travers les générations, son ADN. Devenue plus incisive et plus technologique, elle gagne aujourd’hui en sobriété grâce à son nouveau moteur hybride. Attention tout de même. Il ne s’agit pas d’une solution hybride rechargeable coûteuse. Suzuki laisse la chose à son prochain fleuron Across. La Swift se contente d’une solution microhybride, qui fait cependant des miracles.

Exterieur_essai-suzuki-swift-hybride-elle-ne-veut-pas-consommer_0 Essai Suzuki Swift hybride : elle ne veut pas consommer ! Essai Suzuki Swift hybride : elle ne veut pas consommer ! Essai Suzuki Swift hybride : elle ne veut pas consommer !
Voir la galerie photo

Suzuki Swift hybride : évolution de l’espèce

La Swift est la star de la gamme Suzuki. Elle s’est imposée dans nos villes dès sa première génération qui fut lancée en 1986. Après un léger flottement début des années 2000, elle revient en 2004 plus forte que jamais.
Aujourd’hui, nous en sommes déjà à sa troisième génération et son style, son gabarit et ses prestations dynamiques font toujours d’elle un mets de choix pour affronter l’enfer urbain. Cependant, il lui fallait encore évoluer pour répondre aux dernières exigences des technocrates et autres têtes pensantes de nos dirigeants. Pour imiter la production de CO2, les ingénieurs ont trouvé la solution. Ils ont électrifié le bloc moteur à essence de la petiote. Ce système est un système de microhybridation.

Pour savoir ce que peut apporter la fée électricité à notre nouvelle Swift, nous en avons pris les clés. Nous avons réalisé les quelques 238 km d’un parcours qui mélange départementale, route rapide et centre urbain.


Suzuki Swift hybride : un peu de technique…

Prenons un peu de temps et parlons de ce moteur. Il s’agit d’un 4 cylindres atmosphérique 1.2 DUALJET. Son nom de code pour les experts est le K12D. Il intègre un double système d’injection. De quoi gagner en réactivité et en rendement énergétique selon ses concepteurs.

Ce qui nous intéresse, c’est surtout que ce bloc est livré avec système d’hybridation SHVS. Pas question ici d’une lourde batterie et d’un gros moteur électrique. Suzuki nous propose un mHEV (Mild-Hybrid) soit, dans la langue de Molière, une hybridation légère. Les motoristes ont donc associé le moteur essence à un alternodémarreur faisant office de moteur électrique, et à une batterie lithium-ion 12V dont la capacité a été portée à 10 Ah. Cette dernière se recharge lors des phases de ralentissement et de freinage, et emmagasine de l’énergie qui est ensuite utilisée lors des accélérations.

Ainsi pourvue, cette nouvelle génération de Swift, millésime 2021, profite d’un moteur essence soulagé en partie de sa charge grâce au moteur électrique. Dans tous les cas, Suzuki annonce des consommations vraiment maîtrisées avec en moyenne seulement 4,9 l/100 km, et 5,5 l/100 km pour la version à transmission intégrale intelligente AllGrip. Car cette Swift est bien disponible en 4x4. Ses rejets de CO2 sont limités à 111 g/km en 4X2, et 125 g/km maximum en AllGrip.


Suzuki Swift hybride : en route…

Première chose, et qui a son importance pour nous, sachez que cette Swift hybride est bien plus dynamique que sa cavalerie ne le laisse entendre. Son petit bloc de 83 chevaux pour 107 Nm de couple est vraiment pétillant et il s’accorde parfaitement avec son châssis.

Cette Swift est agile !
C’est toujours aussi enthousiasmant d’en prendre le volant avec le couteau entre les dents. Mes premiers tours de roue, sur les routes de l’Oise, m’ont permis de la taquiner. Le freinage est endurant et stable. Ses suspensions assez confortables pour gommer les cahots de nos routes, tout en ne souffrant pas trop de roulis. Son train avant se place comme on le veut, tient sa trajectoire et le moteur garde son engagement très haut dans les tours. Bref… un petit moment de bonne humeur avant de me rendre compte d’une chose.

Sa consommation…?
L’ordinateur de bord ose m’indiquer 6,4 litres.
Je m’attendais à 10 litres au minimum.
Fou de rage, je me relance sur une série endiablée de virolos en tout genre en laissant l’aiguille de ce bougre de moteur japonais dans la zone rouge.
22 km plus tard…
C’est pas mieux ! La moyenne monte à peine à 6,6 litres.
Ce coquin ne veut pas consommer.
Et ce n’est pas le reste du parcours, en conduite « à la cool », qui me fera dire le contraire, puisque ce chenapan est descendu à 4,9 litres de moyenne.


Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
5 / 5
Prix
4 / 5
Confort
3 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Le rendement énergétique
  • - Toujours aussi vaillante
  • - Prix et équipements
  • - Une version 4x4
  • - Aucune autonomie électrique
  • - Coffre un peu petit
  • - Boîte auto CVT

Conclusion:


Le système d’hybridation légère ne change pas grand-chose aux sensations dynamiques. Et c’est tant mieux puisque la Swift reste une petite citadine aux accents sportifs. Sa cavalerie est suffisante pour muer la petite masse de la Japonaise, et ce, sur tout trajet. Le moteur est volontaire et secondé par une boîte de vitesses bien étagée.

Mais son intérêt n’est pas là.

Cette nouvelle Swift Hybride est un véritable chameau s’abreuvant au sans plomb. Peu importe votre façon de conduire, la petite mécanique se contentera toujours de peu d’essence. En mode pilote, elle flirtera avec les 7 litres. En éconduite, les 4,5 litres aux cent kilomètres sont atteignable.
Comme quoi, un bon moteur associé à un système hybride léger et intelligent, peut faire un excellent boulot.

Combien demande Suzuki, pour cette machine ?

Pas si cher !
Le passage à la microhybridation ne fait pas trop monter l’addition. La preuve, votre concessionnaire vous demandera un prix de base de 11 840 € ou 36 loyers de 129 € par mois. Bon, il faudra tout de même s’acquitter du premier loyer de 3 000 €.