logo La revue auto

Essai mercedes classe e 350d les doigts dans le nez

En perpétuelle évolution, la gamme Mercedes arrive au terme de son renouvellement complet. L'une des dernières étapes, et pas des moindres, est le renouvellement de la Mercedes Classe E. Pour cette nouvelle génération, la marque à l'Etoile a mis le paquet. Nous avons emmené la berline au bout du continent pour la juger.

Exterieur_Mercedes-Classe-E-350d_2 Exterieur_Mercedes-Classe-E-350d_3 Exterieur_Mercedes-Classe-E-350d_25 Interieur_Mercedes-Classe-E-350d_31 Interieur_Mercedes-Classe-E-350d_33 Interieur_Mercedes-Classe-E-350d_38
Voir la galerie photo

Apparue en 1975 avec la W123, la Mercedes Classe E arrive à sa cinquième génération. Ce modèle, très attendu et demeurant le plus vendu par le constructeur, est désormais qualifié de chef-d’œuvre d’intelligence par ses géniteurs : profondément remodelée, la berline est également suréquipée de dispositifs électroniques qui lui permettent notamment d’aller plus loin en matière de conduite semi-autonome.

width=657

La berline des grands voyageurs :

Avec cette génération, Mercedes inaugure un nouveau 4 cylindres 2,0 litres diesel. Remplaçant l’ancien 2,1 litres, ce bloc affiche un couple de 400 Nm inchangé, mais une puissance augmentée à 194 ch. Associé à la boîte 9G-Tronic, le OM654 se montre plus volontaire et efficient que son prédécesseur, mais il ne parvient pas à se démarquer suffisamment, à cause d’un poids plus important à tracter. Le choix le plus indiqué pour notre essai s’est donc naturellement porté sur la Mercedes Classe E 350d.

Pour une berline de son envergure, un 6 cylindres a plus de sens sous le capot. Sûrement pas pour les chauffeurs taxis ou VTC, qui accorderont plus d’importance à des critères rationnels, mais pour les gros rouleurs qui devront enchaîner les kilomètres sur autoroute. Le V6 3,0 litres diesel de 258 ch à 3 400 tr/min et 620 Nm entre 1 600 et 2 400 tr/min dispose de tous les attributs nécessaires pour déplacer efficacement et sans effort la Classe E. Ce moteur s’avère aussi plus silencieux et moins secouant que le 2,0 litres, ce qui rehausse le niveau de confort et la quiétude à bord.

width=657

Basée sur une version aménagée de la nouvelle plateforme du constructeur (la même que sur la Classe C), la Mercedes Classe E fait des merveilles en termes d’agrément de conduite. Dotée de la suspension Active Body Control (en option sur la 220d), la Classe E 350d filtre toutes les aspérités de la route, conférant inévitablement un caractère soporifique aux limousines feutrées.

Elle fait (presque) tout toute seule :

Toutefois, la berline est équipée de toute l’armada électronique visant à limiter les accidents. Les centaines de capteurs et les quelques caméras installés dans l’habitacle et à l’extérieur mettent le conducteur sous haute surveillance et prennent le relais si un danger est détecté. Le conducteur somnolent sera ainsi averti et remis sur le droit chemin. Facturé 1 800 euros, le Drive Pilot peut aussi aller plus loin. Une fois activé, le système met en alerte tous les dispositifs électroniques pour permettre à la Mercedes Classe E de suivre sa voie et le flot de la circulation jusqu’à 210 km/h, et ce sans intervention humaine ! Les chauffeurs taxi commandés par le célèbre suivez cette voiture auront désormais la tâche aisée. Mieux encore, une pression de deux secondes sur le clignotant gauche permet à la Classe E d’effectuer un dépassement en parfaite autonomie (fonction non homologuée en France).

width=657

Mais contre toute attente, ce système semi-autonome n’est pas de tout repos : si la voiture ne détecte pas les mains sur le volant, le système se met en alerte maximale et dirige l’auto sur le bas-côté pour un arrêt complet. Le Drive Pilot perd aussi parfois les pédales et active les étriers de frein sans raison apparente ou bien encore file tout droit alors qu’il avait amorcé une courbe rapide... Finalement, il est plus sage et décontractant de reprendre en mains les commandes.

Elle n’est pas près de se passer de volant :

Volant en main, avec la pointe du continent dans le viseur, nous nous laissons guider par le GPS affiché sur l’un des deux écrans de 12,3 pouces (option à 4 400 euros !). À vouloir être trop efficace, la navigation tire au plus court et n’hésite pas à nous faire passer par des chemins pas vraiment adaptés : nous avons cependant été sauvés par le rayon de braquage de la Mercedes Classe E dans les ruelles de Lisbonne et son poids de 1 800 kg n’a pas été un handicap sur les routes forestières du parc naturel de Sintra. La direction est parfaitement muette, mais la précision est au rendez-vous. Tous les excès d’optimisme sont également bien gérés, pour offrir un bon équilibre en sortie de courbe. Le comportement est très doux, à peine teinté de dynamisme, une habitude chez Mercedes.

width=657

Hélas, nous ne sommes pas parvenus à notre destination du premier coup, par notre faute : la pointe occidentale visée n’était pas la bonne, puisque notre point de chute est en retrait de 1 000 mètres par rapport au cap de Cabo da Roca. Bien heureusement, les raisonnables consommations (légèrement plus de 7 l/100 km sur autoroute) et le réservoir généreux nous ont permis de rejoindre facilement et sans encombre notre objectif initial.

Y a-t-il un conducteur dans la voiture ?

La Mercedes Classe E 350d ne pourra donc pas nous emmener plus loin. Malgré son appétit pour les technologies avant-gardistes, la berline n’est ni amphibie ni submersible. Son terrain de jeu c’est la route et les longs trajets qu’elle peut, mieux que jamais, ingurgiter sans effort. Par ailleurs, la nouvelle routière se distingue par sa fonction de conduite semi-autonome qui, si elle ne rassure pas encore tout à fait, permet d’enquiller les kilomètres dans une ambiance digne de la Mercedes Classe S. Malgré cette technologie, le conducteur est toujours le maître à bord. L’intervention humaine reste donc nécessaire, même pour activer la fonction de parcage automatique depuis le smartphone.

width=657

Disponible à partir de 47 350 euros en finition de base avec la motorisation, la Mercedes Classe E 350d peut grimper à 74 200 euros avec la finition Fascination. Ajoutez à cela un grand nombre d’équipements de confort et de sécurité, pour vous retrouver avec une berline dépassant allégrement les 80 000 euros. Les prix font grincer des dents, mais la berline routière demeure la seule de la catégorie à offrir ce niveau de confort et à rejoindre des contrées lointaines les doigts dans le nez, au sens propre comme au figuré.

Note : 16/20

Bien vu :
- Dotation technologique
- Style intérieur
- Agrément de la boîte 9
- Confort acoustique

À revoir :
- Style extérieur
- Prix des nombreuses options
- Freinage parfois perfectible
- Conduite semi-autonome stressante

nos dernières annonces

  • Renault Scenic
    4 1.7 BLUE DCI 120 BOSE INTENS + TOIT PANO

    Diesel : Manuelle
    5 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 28/10/2020
    Garantie : 22 mois
    Prix de vente : 24 270€
    Mensualité : 365,00/mois*
    Prix constructeur : 37 480€
    Remise de : -13 210€

  • Renault Clio
    1.0 TCE 90CH INTENS E6D-FULL

    Essence : Manuelle
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 11/01/2021
    Garantie : 24 mois
    Prix de vente : 16 770€
    Mensualité : 251,94/mois*
    Prix constructeur : 22 300€
    Remise de : -5 530€