logo La revue auto

Citroen c4 picassonbsp essai du thp 155 exclusive

Citroën l'annonce comme le meilleur monospace du marché. Prétentieux direz-vous ? Certes l'annonce fait son effet mais est ce que le ramage se rapporte au plumage de ce nouvel oiseau ? C'est ce que nous avons voulu savoir à La Revue Automobile en essayant 2 modèles différents sur les routes portugaises. Nous vous détaillons ici les impressions retenues sur la version essence : THP 155 en finition exclusive, la plus complète de la gamme. La robe est belle, ligne séduisante et compacte, museau court, arrière collé aux jantes de 18 pouces qui équipent notre modèle, large surface vitrée (+ de 5M¬?), poupe bien assise et élargie, embellie par des feux arrière 3D à LEDS, toit panoramique et pare-brise montant très haut. Le look du " Technospace " aux chevrons ne laisse pas indifférent pari gagné pour Citroën en matière de look. Frédéric Soubirou, aux manettes du design, n'a pas chômé et a même été inspiré.

Exterieur_Citroen-C4-Picasso-THP-Exclusive_0 Exterieur_Citroen-C4-Picasso-THP-Exclusive_1 Exterieur_Citroen-C4-Picasso-THP-Exclusive_2 Exterieur_Citroen-C4-Picasso-THP-Exclusive_3 Exterieur_Citroen-C4-Picasso-THP-Exclusive_4 Exterieur_Citroen-C4-Picasso-THP-Exclusive_5
Voir la galerie photo

Une fois à bord la luminosité surprend, les 8 vitres et le toit panoramique laissent entrer la lumière de toute part. Beaucoup d’espace, 3 fauteuils séparés à l’arrière et un coffre de 537 litres. Ajoutez à cela 40 litres répartis dans 16 casiers supplémentaires et vous aurez une idée des possibilités de rangement du nouveau C4. 

Pour le confort rien à redire, l’auto possède une bonne assise, un fauteuil avant passager relax et semi-électrique, un repose-mollets, des sièges avant massants, des pare-soleil coulissants pour filtrer le pare-brise qui remonte très en arrière, des appuie-têtes relaxants et une position de conduite idéale. La qualité de finition est très bonne, plastiques moussés de bonne qualité, garnissage des portes, assemblage encore un sans-faute. Alors, qu’est-ce qu’elle a qui n’va pas cette Citroën ? Eh bien, pas grand-chose à vrai dire, que ce soit le modèle diesel essayé précédemment ou celui-ci en version essence. 

Alors on appuie sur le bouton « Start » et on se lance vers le Sud de Lisbonne pour voir un peu ce qu’il a dans le ventre ce « Technospace ». Mais que se passe-t-il ? La voiture a pourtant perdu 140kg à la pesée grâce à l’utilisation d’aciers innovants, composite et aluminium. 1298 kg à tirer pour 156 chevaux ça devrait « le faire » et pourtant non, pas grand-chose ne se passe. Les reprises sont faibles, le couple de 240Nm ne se fait pas ressentir et il faut cravacher la belle pour qu’elle puisse enfin s’élancer dignement. Mauvais étagement de la boîte ? Toujours est-il que comparé au modèle e-Hdi 115 l’agrément moteur est en dessous. L’allonge du bloc diesel est nettement plus plaisante. 

Alors il reste la tenue de route, exemplaire, avec des mouvements de caisse nettement corrigés depuis l’ancienne version, une tenue de cap impeccable, un amortissement un peu rigide accentué par les jantes 18 pouces, mais qui absorbe bien les défauts de la route, bonne stabilité et une direction à la hauteur. Notons au passage que cette nouvelle C4 fera des merveilles en ville avec son nouveau rayon de braquage raccourci de 1 mètre, rajouté à une direction assistée très souple conduire en mode urbain sera un vrai plaisir. 

Qui dit « Technospace » dit technologies embarquées et Citroën n’a pas fait dans la demi-mesure avec ses 2 écrans centraux : 1 tablette tactile de 7 pouces qui sert de molette centrale de réglage, et un autre écran panoramique de 12 pouces pour consulter les informations ; vitesse, heure, température, GPS etc… Notez que moyennant 379€ vous aurez la possibilité de connecter une clef 3G donnant accès à de nouvelles fonctionnalités telle que Coyote. Simplicité pas si évidente quand on prend le réglage de la climatisation par exemple, qui demande 2 étapes de réglage contre une sur une molette traditionnelle. Sur le volant c’est toujours la « Foire de Paris » avec une pléiade de boutons, 16 au total ! 

Le régulateur de vitesse actif fait son apparition, on a pu le tester sur le pont « Vasco de Gamma » en remontant vers l’aéroport de Lisbonne. Utile et reposant mais pas totalement développé dans la mesure où il ne freine, ni n’accélère à votre place. Il s’agit de capteurs qui déterminent un espace de 2 secondes entre le véhicule qui vous précède et le C4 (temps un peu trop long). Quand vous enclenchez le régulateur, ces capteurs calculent la distance entre 2 véhicules et adaptent l’allure du Picasso, mais en cas d’urgence ce sera bien à vous d’appuyer sur la pédale de freins ! 

Le hayon du coffre est motorisé et permet, de série, de régler la hauteur d’ouverture, pratique pour ceux qui possèdent un garage au plafond très bas. Le C4 dispose également de nouveaux éléments de sécurité tels que la ceinture de sécurité active qui vous prévient d’un franchissement de ligne blanche par des vibrations sèches et un peu surprenantes, le témoin visuel d’angle mort (diode orange qui s’allume dans le rétroviseur), l’avertisseur de collision et l’indicateur de distance. 

Cette version essence reprend tous les aspects positifs du nouveau Picasso en termes de design, de tenue de route, d’espace et d’aménagement mais pêche par sa motorisation. On a du mal hélas à sentir les 155 chevaux, anémiés par un couple mal exploité et une boîte mal étagée, mais ce « Technospace » a de quoi séduire, même les aficionados de berlines qui craignaient de prendre un coup d’vieux en passant au monospace familial.

Voir les tarifs complets du nouveau C4