Mercedes

Essai Mercedes-AMG S 63 Cabriolet: weight isn

Light is right. La célèbre devise de Colin Chapman, talentueux créateur de Lotus, est très vraie, mais implique de se priver de nombreux critères comme le confort ou l'espace de vie pour atteindre un niveau de performance élevée. Mais certains ne veulent sacrifier ni les performances, ni le confort ni le luxe, et pour ceux-là Mercedes-AMG a la réponse : La S 63 Cabriolet.

+ de photos Mercedes AMG S 63 Cabriolet

Il y a différentes manières d’obtenir les mêmes performances : en diminuant le poids et en mettant une puissance accessible, ou en ajoutant beaucoup de poids et une cavalerie conséquente. C’est ce dernier choix qui m’est proposé sur la Mercedes-AMG S 63 cabriolet dont je prends possession le temps d’une journée sur la Côte d’Azur, à Nice. Cependant, je ne passe pas spécialement inaperçu dans cette région pourtant habituée à voir défiler les voitures de luxe, il faut dire que ma S 63 s’affiche dans un Blanc Designo légèrement m’as-tu-vu, bien appuyé par les jantes forgées AMG de 20’’ en finition noire mate. La météo étant appropriée, j’ai rangé – électriquement – la capote de 5 épaisseurs pour offrir à la vue de tous le superbe intérieur rouge.

Un intérieur de toute beauté

L’habitacle est tout simplement au meilleur niveau grâce à la qualité des assemblages d’une part, mais également au choix des matériaux. Il faut dire que mon modèle du jour est équipé du Pack Exclusif (6 200 €) offrant le cuir Nappa étendu perforé avec design losange spécifique, les surpiqûres et passe-poils contrastés et la planche de bord et les contre-portes en cuir Nappa également. Les boutons, les aérateurs et leurs cerclages, ainsi que divers inserts sont en alu pendant que du carbone verni trouve lui aussi sa place avec élégance. Seuls les écrans dénotent un peu dans cet environnement très haut de gamme. Ils sont très grands, certes, mais ils ne s’harmonisent pas complètement avec le reste. D’ailleurs, l’usage de l’infodivertissement n’est franchement pas des plus intuitif, mais sans doute que l’on finit par s’y habituer.
width=668
Les sièges, ou devrais-je dire les fauteuils, sont à eux seuls une pièce d’orfèvrerie. J’en fais peut-être un peu trop, je vous l’accorde, mais jugez plutôt : outre le fait qu’ils sont beaux, très confortables et qu’ils offrent un excellent maintien, ils sont en plus chauffants, massants (et ils le font très bien) et ventilés. Ils proposent en plus des réglages entièrement électriques ainsi qu’une aération dans le cou. Maintenant que je suis très bien installé, il est temps de prendre la route.

Moteur !

Les sorciers d’Affalterbach, siège de Mercedes-AMG, ont placé sous le capot un V8 de 5,5 litres de cylindrée. Mais ce n’était pas suffisant, alors ils lui ont greffé deux turbo et pour s’assurer que ce cœur mécanique ne s’essouffle jamais, ils ont effectué un travail tout particulier sur le système d’échappement. Dès le démarrage, les 4 sorties d’échappements offrent un son rauque caractéristique avant de caler calmement sur le ralenti. Je laisse le mode confort pour les suspensions et le moteur et me voilà parti, tranquillement, le temps d’appréhender les dimensions de l’engin. Le moteur se montre souple et la boîte AMG Speedshift à 7 rapports fait son office de façon transparente. Une des recettes pour apprécier cette Mercedes-AMG S 63 cabriolet consiste à se promener sur... la Promenade des Anglais à Nice puis cruiser sur... la Croisette à Cannes, au son du Canon de Pachelbel délivré par la très bonne Hi-fi Burmester à 24 haut-parleurs. Mais pas seulement…

Lâcher de chevaux

Je décide de m’écarter de ces zones urbaines pour trouver des routes aussi sinueuses que désertes. La meilleure façon de s’en éloigner – très – rapidement, c’est de prendre l’autoroute afin de libérer les 585 ch. La S 63 Cabriolet se révèle très stable même à allure très soutenue. L’AIRCAP de Mercedes, qui se caractérise par un saute-vent électrique en haut du pare-brise, très efficace jusqu’ici montre ses limites sur l’exercice. Et pour cause, à cette vitesse le saute-vent est en position fermée et quelques turbulences se font sentir. Cela dit, les bruits d’air sont bien contenus grâce à l’aérodynamisme très étudié.
width=668
Je sors au Muy où je récupère la très jolie D25 en direction de La Bastide via Callas. Sur cette départementale sinueuse, la S 63 fait preuve d’un comportement déroutant et montre une excellente tenue de route malgré ses 2 110 kg. Le travail des ingénieurs d’AMG sur les trains roulants, basés sur la suspension pneumatique AIRMATIC alliée à la transmission intégrale permanente 4MATIC, fait des miracles et je place la voiture en virage avec une facilité déconcertante au vu de son gabarit et de son poids. Elle est efficace, mais pas seulement ! Le typage propulsion (33 %/67 % AV/AR) et l’ESP légèrement permissif en mode Sport + permettent quelques dérives du train arrière une fois l’avant bien placé à l’aide des freins. Malheureusement, ces derniers, en acier sur mon modèle, malgré leur taille considérable offrent une endurance limitée. Ils chauffent rapidement, ce qui rallonge amplement les distances de freinage en plus de rendre la voiture sous-vireuse. Je retourne à Nice via Grasse et Roquefort-les-Pins à allure plus modérée et c’est finalement là que la Mercedes est le plus à sa place : lorsqu’elle roule à un rythme soutenu, mais pas sportif, et qu’elle enroule les courbes les unes après les autres, en utilisant l’énorme couple de 900 Nm, dans le plus grand confort.

La Mercedes-AMG S 63 Cabriolet n’est pas une Lotus et si, sur le papier (et même sur la route), elle est capable de soutenir plus ou moins la comparaison, pour preuve son 0 à 100 km/h en seulement 3,9 secondes, elle ne tiendrait pas bien longtemps sur un circuit. Mais cela, personne ne le lui demande, au contraire ! De plus, elle offre tellement de luxe, d’espace et de confort à n’importe quelle vitesse et sur n’importe quel revêtement – sans parler de son design pour le moins réussi – qu’on lui pardonnerait sans peine !

Note : 17/20

Bien vu :
- Qualité de fabrication
- Moteur
- Confort à toute épreuve
- Insonorisation

À Revoir :
- Consommation
- Infodivertissement

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Mercedes-AMG S 63 Cabriolet: weight isn

image profil
cobra
2016-04-19 10:16:32  

Il me semble incongru de mettre la consommation dans le "à revoir" ! Donc la note est aussi très en dessous, le 17 est mesquin Monsieur ! Enfin, cette S63 cabriolet est presque parfaite et assurément aucune autre ne peut être à sa hauteur actuellement dans cette catégorie.

image profil
Etienne
2016-04-26 10:42:27  

Bonjour,

Pour un moteur turbocompressé moderne censé consommer moins qu'un antique V12 atmo la consommation n'est pas plus contenue que sur ce dernier. En soi je suis d'accord avec vous, nous n'achetons pas ce genre de voiture pour faire des records de consommation.
Quant à la note, elle est déjà très bonne. Pour exemple, nous avons donné la note de 16/20 à la Bentley Continental V8 S, qui est bien loin d'être dépassée par cette Mercedes. J'aurais pu mettre dans "À revoir" le poids encore trop élevé, les freins qui manquent vite d'endurance, la places arrières quasi inutile ou la taille du coffre inférieur à celui d'une simple Megane.
C'est une superbe auto, très performante et extrêmement bien finie, mais elle n'est pas parfaite.

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter