logo La revue auto

Essai SMART EQ fortwo cabriolet : silence ça roule

Une Smart électrique. L'idée n'est absolument pas nouvelle puisque dès 2007 le constructeur allemand lance une flotte d'essai électrique à  Londres. Il faudra néanmoins attendre 2014 pour voir apparaître la Smart Electric Drive, vendue à  850 exemplaires en 2 ans avant d'atteindre 20 % du mix des ventes Smart en 2017. Mais que vaut l'actuelle Smart EQ Fortwo, à  part 23 250 € au minimum ? Petit tour d'horizon dans les environs de Marseille pour en prendre la mesure.

Exterieur_Smart-EQ-Fortwo-2018_9 Exterieur_Smart-EQ-Fortwo-2018_11 Exterieur_Smart-EQ-Fortwo-2018_12 Exterieur_Smart-EQ-Fortwo-2018_13 Exterieur_Smart-EQ-Fortwo-2018_14 Interieur_Smart-EQ-Fortwo-2018_19
Voir la galerie photo

Nous jetons notre dévolu sur une Fortwo Cabriolet grise avec une belle capote rouge, il faut dire que la météo est parfaitement clémente en cette mi-novembre. Nous n’allons pas à nouveau vous présenter cette mini-citadine bourrée d’atouts, nous n’allons pas vous refaire le coup du demi-tour tellement facile et de la bouille ultra sympathique ni même de l’espace à bord étonnamment correct. Non, tout ça, vous pourrez le trouver dans notre article de la version thermique.

D’ailleurs, puisque l’on parle de Smart thermique, sachez que la marque a d’ores et déjà annoncé leur disparition dès 2020 pour ne proposer à la vente que des modèles électriques. Cependant, la marque elle-même pourrait disparaître d’ici 10 ans, sans qu’il y ait de rapport entre l’un et l’autre.

L’électrique, c’est fantastique

En tout cas, c’est le son de cloche – pour ne pas dire la propagande – actuel. Malheureusement, c’est loin d’être parfaitement exact et il serait peut-être temps d’apprendre aux automobilistes à choisir un véhicule en fonction de leur usage plutôt que par des incitations fiscales. Un véhicule diesel demeurera parfaitement adapté sur une routière telle qu’une Classe E tandis que la Smart se justifie parfaitement en électrique.
Smart EQ Fortwo Cabriolet
La Fortwo est la minicitadine par excellence qui ne sort que très peu des zones urbaines et qui ne parcourt quasi jamais de grandes distances. C’est un deuxième véhicule, facile au quotidien, facilitant le parking. Voilà donc les bases idéales pour un modèle électrique, plutôt léger et ne nécessitant pas d’énormes batteries pour parcourir quelques centaines de kilomètres. Ici, la batterie de 17,6 kWh et 52 Ah ne demande « que » 157 kg et est garantie 8 ans ou 100 000 km pour une capacité minimale garantie de 70 % de la capacité initiale. Sur le papier, ça paraît honnête, mais nous ne savons pas en combien de temps la batterie perd ces 30 %. Mais il faut bien se rendre compte que l’autonomie d’environ 150 km selon la norme NEDC baisse à tout juste 105 km avec cette perte de capacité.

Néanmoins, combien de Smart Fortwo parcourent plus de 105 km par jour ? Le pourcentage doit être particulièrement faible.

La Smart moderne…

… Se doit de rendre des services à ses possesseurs. Dans cette optique de faciliter la vie, le constructeur propose l’application Smart EQ Control, permettant de connaître en temps réel les informations liées à son véhicule telles que la gestion des paramètres de recharge (État de charge, temps estimé avant la fin du chargement…), le statut du véhicule (consommations moyennes, pression des pneus…), mais surtout le contrôle de la préclimatisation. Cela paraît parfaitement gadget et pourtant, pré-climatiser son véhicule pendant qu’il est encore sur le secteur peut vous permettre de gagner de nombreux kilomètres d’autonomie en évitant de tirer sur la batterie une fois débranchée.

Quant aux chauffeurs prêteurs, ils peuvent prendre l’option, 100 € pour la Fortwo, « Ready to Share » qui leur permet de prêter leur voiture à distance même sans prêter les clefs. En recevant l’accès via smartphone, il est possible de déverrouiller et démarrer la Smart avec ce dernier. Cela implique tout de même de laisser les papiers du véhicule dans celui-ci…

La Smart électrique à l’usage

Il y a deux façons de s’y prendre pour tester un véhicule électrique, soit rouler n’importe comment pour prouver que ce type de motorisation n’a ni intérêt ni avenir, soit, à l’inverse, rouler le plus économiquement possible pour établir des records de consommation en électrique. Évidemment, nous étions cordialement invités à suivre plutôt la deuxième méthode, mais nous sommes têtus. Nous n’avons en réalité suivi aucune des deux méthodes et avons décidé de rouler comme d’habitude, sans gêner les autres usagers de la route, mais sans faire d’excès ou d’usage intensif de l’accélérateur.

Le plaisir de l’électrique, c’est son couple immédiatement disponible. Sur notre Smart du jour, les 82 ch n’ont rien d’extraordinaire, pas plus que les 160 Nm de couple, mais leur immédiateté les rend très largement suffisants en gommant toute forme d’inertie liée à une boîte de vitesses mal étagée ou un mauvais rapport engagé.
Intérieur Smart EQ Fortwo Cabriolet
À la conduite, outre l’absence de bruit et de vibration, le pack de batterie installé très bas abaisse sensiblement le centre de gravité au bénéfice direct du dynamisme de conduite tandis que l’amortissement se fait tout même trop ferme et peu adapté aux routes dégradées.

Avec notre Eco Score de 70 % à la fin de l'essai, nous avons pu parcourir 100 km avec une autonomie restante annoncée de 20 km, de quoi voir venir.

Recharge

Après une telle journée, la petite Smart doit bien entendu passer par la case recharge. Pour ce faire, le constructeur fournit de série 2 câbles, un pour prise domicile standard (10A) qui permet une charge de 10 à 80 % en 6 heures et un câble pour wallbox et bornes publiques (20A) qui divise ce temps par deux.

En option, vous pouvez opter pour le chargeur rapide embarqué 22 kW qui permet, également via une wallbox ou les bornes publiques, une recharge de 10 à 80 % en 40 minutes.
Smart EQ Fortwo Cabriolet
La Smart EQ Fortwo, est peut-être l’une des seules voitures électriques qui nous paraissent actuellement parfaitement valables. Elle combine tous les avantages avec son poids et son encombrement réduit, les faibles distances parcourues par ce type de modèle ou des temps de charge correcte étant donné la capacité des batteries. Néanmoins, pour s’offrir notre modèle d’essai en cabriolet et finition Prime il vous faudra dépenser la somme conséquente de 30 350 € qui, même une fois la prime de 6 000 € déduite, éloigne ce choix de bien des bourses !

Note : 16/20

Bien vu :
- Bouille sympathique
- Autonomie suffisante pour le segment
- Dynamisme en hausse

À revoir :
- Prix délirants