logo La revue auto

Smart Concept #1 : La Smart qui n’a plus l’air d’une Smart

Si vous vous demandez quelles seront les conséquences du tournant que l’industrie automobile prend depuis quelques années, l’exemple de Smart pourra se montrer éclairant. En effet, en prenant le virage de l’électromobilité et de la transition énergétique, la marque franco-allemande s’apprête tout simplement à quitter ses célèbres microcitadines pour de plus classiques SUV urbains… et à passer sous pavillon chinois. Pourquoi, et comment ? Les réponses se trouvent dans le Concept #1, dévoilé au Salon de Munich et de passage à Paris récemment, que nous avons pu approcher.

Exterieur_smart-concept-1-la-smart-qui-n-a-plus-l-air-d-une-smart_0 Exterieur_smart-concept-1-la-smart-qui-n-a-plus-l-air-d-une-smart_1

Smart Concept #1 : la révolution conservatrice

Il est toujours déroutant de découvrir, en tant que journaliste comme en tant que client, qu’une automobile originale et unique en son genre peut être remplacée par un modèle bien plus conventionnel. Ce douloureux passage, vécu lors des renouvellements de la Micra en 2009, de la Twingo en 2007 ou encore de la C4 Cactus en 2019, se reproduit à l’aube d’une année 2022 qui verra Smart lancer son premier SUV de segment B – un équivalent du Renault Captur ou du DS 3 Crossback si vous préférez. L’étude de style qui l’annonce, le Concept #1, semble ainsi avoir l’air de tout… sauf d’une Smart.

Eh oui, une Smart dans l’imaginaire, c’est rondouillard, bicolore, avec une cellule Tridion, et surtout c’est super compact ! Avec le Concept #1, hormis le bicolorisme du toit, on ne retrouve de prime abord pas ses petits dans un modèle qui assume 4,29 m de longueur, au point que son empattement à lui seul (2,75 m) dépasse la taille d’une Smart ForTwo… Il faut le dire, voir une marque changer ainsi du tout au tout, ce n’est pas courant. Et à propos de courant, tout modèle badgé Smart depuis 2020 se doit d’être électrique et ce futur SUV urbain n’y dérogera pas.


Côté style : cap vers la maturité !

Mais avant de parler technique, revenons au style. Le designer intérieur du Concept #1, Henryk Strojwasiewicz, nous a expliqué que la boussole de la marque était d’adopter « un nouveau design, à l’ADN différent, plus mature et plus premium ». Cela se traduit par un style qui passe du « cute et de l’esprit jouet cool à celui d’un produit de valeur, plus du tout enfantin, définitivement adulte et même par l’approche, high tech ».

Le Concept #1 n’échappe pas aux « tics » des études de style : grosses roues, animations lumineuses ou encore portes suicides, « pour montrer l’espace à bord, car on atteint la dimension d’un habitacle de Classe E grâce au plancher plat », explique Henryk, qui a aussi travaillé sur le showcar Mercedes Vision EQS par le passé. La nouvelle identité de Smart qui s’ébauche se résume selon lui en trois axes : « des éléments très purs, un traitement sensuel des surfaces, et des optiques dont les faisceaux explosent comme des feux d’artifice, c’est ce que nous appelons en interne un produit sensuel. On l’a voulu aussi avec des détails inattendus, comme certains petits dessins qu’on voit dans le vitrage de la voiture. »


À 90 % fidèle au modèle de série

Reste que 90 % du SUV urbain Smart de série est là, et que le design du tableau de bord et de la console centrale, moins le revêtement doré, seront conservés. Le toit en verre sera de série et la couleur champagne, elle, est en réflexion, « peut-être pour une série limitée ! » nous dit-on. Première Smart d’une gamme entièrement nouvelle, ce SUV sera hyperconnecté et intégrera une clé digitale en standard, afin d’être partagé au sein d’un cercle (familial, d’entreprise). Il visera les e-2008, Mokka-e ou encore ID.3 et sera, à 1 ou 2 cm près, fidèle aux 4,29 m du Concept #1.

Si les tarifs demeurent secrets, il ne faut pas s’attendre à ce qu’elles soient données, car il n’y a en effet pas qu’en taille que les nouvelles Smart vont grandir ! Le passage à l’électricité ainsi que la montée en gamme devraient se payer cash, et il faut s’attendre à une nouvelle clientèle, moins urbaine, voire moins jeune, pour s’intéresser à ces modèles. C’est aussi pour ça que Smart vise les SUV, plus générateurs de rentabilité sur le long terme.

Smart is China

Outre le style et la motorisation, l’autre révolution en cours chez Smart est la production, qui s’apprête à quitter l’Europe et notamment la France (l’usine d’Hambach passant aux mains d’Ineos) pour rejoindre la Chine. Délocalisation ? C’est plus que ça : Daimler a confié la marque à son actionnaire Geely, désormais possesseur de 50 % de Smart. La production sera désormais chinoise avec un objectif de conquête dans l’Empire du milieu, aux États-Unis et en Europe, où Smart ferraillera en tant que concurrent direct de Mini.

Qui dit Chine ne dit pas forcément moins bonne qualité ni prix plus attractif : une DS 9 et une Volvo S90 le montrent bien. En revanche, cela signifie une concentration pour Smart de la production du modèle au plus proche de la construction de ses batteries. Ainsi, la marque estime réunir « le meilleur de deux mondes : design Mercedes, fabrication et technologie Geely. »


Côté technique, le secret demeure

Smart reste maître des horloges et n’annonce que peu d’éléments techniques. Tout juste sait-on qu’il y aura 5 places avec une banquette modulable (contrairement aux 4 sièges indépendants du concept) et que l’autonomie visée est de 430 km WLTP. La recharge se fera jusqu’à 100 kW (400 volts), mais la capacité de la batterie demeure secrète, comme… tout le reste ! Patience donc, la présentation aura lieu au 2d semestre 2022 avant une production lancée au tournant de 2023. Mais n’allez pas croire que la marque compte dormir jusque-là : au contraire, Smart France, représentée par Cyril Bravard, son PDG, a l’ensemble du réseau Smart à repenser !

« Notre modèle, c’est la vente directe comme une plateforme d’e-commerce, avec un même outil pour nos clients comme nos agents », explique M. Bravard, une méthode déjà vue chez Citroën pour la petite Ami. « Nous rassemblerons un réseau plus restreint que les 100 points de distribution actuels, avec de nouveaux investisseurs, mais aussi une partie du réseau Smart actuel, le tout soutenu par le réseau Mercedes. Chaque agent proposera une expérience physique, en plus de la configuration, du financement et de la livraison. » Un gros travail qui devra être achevé avant le lancement du futur SUV issu du Concept #1 : qu’on se le dise, chez Smart, une révolution est en cours, mais vers des modèles et des tendances plus conservatrices qu’avant.

nos dernières annonces

  • Tesla Model 3
    Standard

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 16/08/2022
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 38 990 €
    Mensualité : 313€/mois*
    Prix constructeur : 44 990 €
    Remise de : -6 000 €

  • Tesla Model 3
    Standard

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 16/08/2022
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 38 990 €
    Mensualité : 313€/mois*
    Prix constructeur : 44 990 €
    Remise de : -6 000 €

  • Aiways U5
    Standard

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 16/08/2022
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 33 300 €
    Mensualité : 299€/mois*
    Prix constructeur : 39 300 €
    Remise de : -6 000 €

  • Aiways U5
    Premium

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 16/08/2022
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 37 230 €
    Mensualité : 404€/mois*
    Prix constructeur : 43 230 €
    Remise de : -6 000 €